Ishmael-347

manière assez incongrue lorsque le vieil homme de peine que je connaissais arriva sur les lieux. Il me sourit et me montra un grand sac en plastique noir pour m’indiquer ce qu’il était en train de faire : nettoyer les quelques centaines de kilos de détritus abandonnés. Puis quand il aperçut la pile d’affaires à mes pieds, il leva les yeux vers moi et me dit :

« C’est la pneumonie.

— Quoi ?

— C’est une pneumonie qui l’a emporté… votre ami, le grand singe. »

Je restai là, à le regarder, les yeux mi-clos, incapable de comprendre ses propos.

« Le véto est venu samedi soir et lui a fait toutes sortes de piqûres, mais c’était trop tard Emporté ce matin vers les 7 ou 8 heures, je pense.

— Vous voulez dire qu’il est… mort ?

— On ne peut plus mort, camarade. »

Et moi, en parfait égoïste, je m’étais contenté de remarquer qu’il semblait un peu souffreteux.

Je regardai tout autour du vaste emplacement grisâtre où le vent soulevait çà et là des sacs en papier en les rabattant parfois au sol. Je me sentis subitement comme l’un d’entre eux : vide, inutile et poussiéreux.

Mon ancien complice attendait, manifestement curieux de voir ce que l’ami des singes allait faire ou dire.

« Qu’a-t-on fait de lui ? demandai-je.

— Pardon ?

— Qu’a-t-on fait du corps ?

— Oh! On a appelé les autorités, je suppose… Ils

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.